La bière Saint-Georges est confectionnée à partir d'orge cultivée par la ferme Gwen ha Ruz labellisée en Agriculture Biologique, à Melrand (10 km de la brasserie). La moitié de cette orge est maltée à la brasserie, l'autre moitié par Malt Fabrique, malterie artisanale à Ploeuc sur Lié.
Les malts spéciaux (malts tourailés, caramélisés, torréfiés,  entrant en petite proportion dans les bières) ne sont pas encore tous produits localement. Actuellement ils proviennent d'une part de Yec'hed Malt (Malteur à Saint-Avé dans le Morbihan) à partir d'orges bio bretonnes, et d'une malterie Belge, à partir d'orges de l'agriculture biologique européenne.

Les houblons utilisés sont issus des cultures alsaciennes (Cophoudal), de Loire-Atlantique (le champ du houblon), et du Morbihan (à l'air houblonné) le tout produit en agriculture biologique. 
La brasserie a également mis en place une houblonnière de 40 pieds en 2014, sous mention Nature et Progrès. 

Des plantes aromatiques sont utilisées dans les recettes de certaines bières pour diversifier l'apport aromatique. Un retour aux sources de la bière, avant que le houblon soit imposé comme unique aromate de la boisson à la fin du moyen age.
Nos plantes sont soit cultivées à la brasserie et sous mention Nature et Progrès, soit fournies par des producteurs Nature et Progrès de Bretagne (l'Arpente,  le très petit Jardin...)

La levure, une souche fermière norvégienne, est cultivée à la brasserie.

L'eau de brassage provient du réseau d'eau potable et est filtrée sur charbon actif pour éliminer le chlore, les pesticides et autres polluants chimiques. Aucun adjuvant n'est ajouté pour modifier l'eau.

Les eaux de refroidissement du moût après cuisson sont récupérées pour le lavage de la brasserie et les brassins suivants.

La bière est brassée au fourquet. La mise en bouteille, le capsulage, l'étiquetage, sont réalisés à la main sans autres énergies que celle du brasseur et de la gravité.

De l'électricité fournie par Enercoop alimente une pompe de transfert et le maintient de la température des fermenteurs en hiver. Elle chauffe également l'étuve de refermentation des bouteilles lorsque la température extérieur est trop basse. Dans un souci d'économie d'énergie il n'y a pas de système de refroidissement des fermenteurs, ni de garde au froid : les vielles pierres de la longère abritant la brasserie régulent la température et la fermentation suit les saisons.

La source de chaleur pour le brassage et l'ébullition est le gaz propane.

Les brassins réalisés ont un volume de 500 L (5 hL), et la production annuelle est de 20000 L (200 hL).

Les drêches (le malt après brassage) servent à nourrir les vaches laitières et poules pondeuses d'une ferme de la commune; le houblon en sortie d’ébullition, et les levures après fermentation, sont compostés et fertilisent le jardin du brasseur et la houblonnière. 

Les bouteilles de St Georges vides sont récupérées, lavées et désinfectées à la brasserie, puis réutilisées.

Consulter le cahier des charges  et la charte N&P.